PRÉCIGNÉ...

 

“R.S.C.F” (qu’il disait !) de PRÉCIGNÉ…

 

 J’ai pris des notes, à l’instant où une chose notable s’est produite, tout le long du rassemblement, pour écrire ce que vous lisez, mais il est arrivé un moment où je me suis demandé si je devais vraiment raconter ce que je voyais ! Je me suis souvent posé la question de savoir si je devais faire un article ou pas et c’est pour éviter que mon silence soit interprété que je vous livre ces quelques lignes.

  J’étais allé à PRÉCIGNÉ (72) il doit y avoir plus de 20 ans afin de participer à l’une des premières éditions du R.S.C.F qu’un instituteur du nom de Gilles FRÉNÉHARD, appelé traditionnellement POIRON, se proposait d’organiser afin de pouvoir promener les élèves de sa classe de CE1 à bord de side-cars. Intention très louable !

  Gilles a rapidement abandonné les commandes de son rassemblement à un motard, Joël BRÉTHOMÉ, Président de l’Amicale de l’Ecole Publique locale, qui roule sur une HONDA 1800 Goldwing solo. Joël a voulu faire évoluer la manifestation dans le sens qu’il souhaitait, mais il continue de l’appeler R.S.C.F alors que nous sommes très loin des valeurs qu’avait choisi Jean-Jacques DURET pour cette forme précise de rassemblement side-car ainsi dénommé, qui se doit avant tout d’être familial, sans repas organisé et sans frais d’inscription, avec juste une tirelire à la fin, au bon vouloir de chacun, pour subvenir aux frais d’organisation. L’inscription était de 25,00 € comme l’an dernier et donnait droit à tous les repas des Samedi et Dimanche, les petits-déjeuners, un billet de tombola et un emplacement sur le camping municipal voisin.

  L’invitation était claire : “Vos amis les motards seront les bienvenus”. Le problème est que beaucoup trop sont venus sans le side-cariste qui a reçu l’invitation et que la manifestation est devenue incontournable pour beaucoup de jeunes motards de la région qui ne fréquentent jamais les concentres le reste de l’année, excepté celle de PRÉCIGNÉ qui n’est pas trop loin !

  PRÉCIGNÉ est victime de son succès. Il est organisé au même endroit chaque année, lors du week-end de Pâques. Les side-cars sont même devenus, au fil du temps, très minoritaires et ils sembleraient n’être qu’un prétexte pour organiser un rassemblement qu’il serait peut-être impossible à organiser d’un point de vue légal avec une appellation solo. Les side-cars n’étaient qu’une petite cinquantaine au camping qui était occupé majoritairement par des motos solo du coin. Les possesseurs de 125 sans porte-bagages ni sacoches arrivaient par groupes de 2 ou 3, voire 8 ou 10, suivis qui par un pote, qui par maman ou papa avec  le matériel de camping de chacun dans le coffre de la voiture. Et allons-y pour la fête annuelle !

  J’ai eu la chance de rencontrer Michel, Laëtitia et Coraline BEAUFEU qui m’ont donné un coup de main à monter ma tente après avoir fait le tour du camping. Ils avaient choisi de coucher à l’hôtel, se souvenant de leurs nuits au camping lors des éditions passées. Un arceau de ma tente a encore pété lors de l’installation, ça fait le 2° lors des deux derniers montages. Vivement ma caravane !

  Lors de la promenade, j’ai vainement cherché un élève de CE1 ou bien une personne du club du 3° âge ou encore un handicapé léger du centre médical local, mais je n’ai peut-être pas bien vu. Pour ma part, on m’a demandé de transporter le neveu d’un membre organisateur sur mon trike !  Lors de la pause de midi, j’ai compté 91 side-cars, ce qui démontre que seulement la moitié a campé, ainsi que 12 trikes, dont 3 CAN-AM Spyder et 4 quads. Je n’ai pas compté les solos car ils approchaient les 500, voire le millier et même plusieurs milliers d’après le quotidien “Le MAINE LIBRE” qui a vu, lui, des élèves de CE1 et des personnes âgées ou handicapées monter dans les side-cars. Dont acte ! Mais le journaliste s’est peut-être contenté de recopier ce qui était écrit sur l’invitation. On m’a rapporté que le convoi mesurait 14 kilomètres de longueur.

  Mais Joël est catégorique : ce sont les solos qui financent la manifestation de par leur assiduité au bar. Il est vrai que le stock de boissons était à l’intérieur d’un camion semi-remorque et il semblerait qu’il était vide le Dimanche soir ! J’espère toutefois qu’il n’était pas totalement rempli ! Un immense chapiteau abritait des tables, bancs et chaises pour accueillir au moins un millier de personne. Me couchant chaque jour vers 22 heures pour des raisons médicales, je n’ai pas assisté à la soirée musicale, mais je ne couchais pas très loin et j’ai entendu la musique avant de m’endormir. Et lorsque je me suis réveillé naturellement à 5 heures, j’ai entendu les quatre derniers morceaux avant l’extinction des feux !

  Un spectacle d’acrobaties moto se tenait à proximité du camping. Ce spectacle était indépendant du rassemblement, tous les habitants de PRECIGNÉ pouvaient y assister et l’entrée était de 3,00 €, même pour les inscrits au rassemblement. Vous pourrez voir l’histoire du groupe d’acrobates motocyclistes qui a fait l’exhibition ainsi que des morceaux de leur spectacle sur le site : www.blackliner.com.

  J’ai passé la majeure partie de mon temps avec Papi Daniel (GUIAT) qui est un habitué du rassemblement et qui pouvait aller partout sans contrôle. Nous avons passé un bon bout de temps avec sa passagère habituelle qui avait quelques problèmes cette année, mais comme Papi était sans son side-car, ça lui était moins douloureux ! Il était venu en B.M.W K75 solo réplique de la Gendarmerie, car il a eu des problèmes avec son attelage en cours de route et son side-car est reparti à PONTCHÂTEAU (44) grâce à l’assistance. Il a assuré la sécurité du convoi comme une cinquantaine d’autres solos.

  J’ai suivi Papi à tous les repas et nous avons été les premiers servis à chaque fois. J’en profite pour remercier Laëtitia qui a remarqué mon handicap et qui a eu la gentillesse de me porter mon plateau-repas à l’intérieur du chapiteau lors du petit-déjeuner.

  La remise des prix a eu lieu le soir et j’ai eu l’immense surprise d’être appelé. C’est Gilles qui avait demandé à Joël BRÉTHOMÉ de ne pas m’oublier à la remise des prix parce que j’étais un participant des premières éditions et que j’étais encore là. Papi Daniel a aussi été appelé afin de le remercier de sa présence assidue et régulière à chaque manifestation, ainsi que pour la malchance qu’il a eue cette année.

  Ysabel GUIO-ROUSSEL remporte un prix familial pour sa présence au rassemblement depuis 1986 et la récompense inclut ses enfants venus avec leurs side-cars, Rozen (29 ans), Erwan (26 ans) et Maïwenn (22 ans).

  La famille de Gwen LESAUX est récompensée pour être venue avec le plus jeune enfant, Lana, âgée de 5 mois. Monsieur GODEMENT est récompensé pour être le plus âgé des side-caristes. Un prix est offert au couple POPP, venus tous deux de Grande-Bretagne avec leur side-car à gauche.

  Pardon pour les âmes sensibles, mais je dois vous dire que j’ai décidé brusquement de quitter les lieux lorsque je me suis approché des toilettes le Lundi matin. Dans les w.c à la turque, j’ai vu qu’un motard avait déposé un gros étron sur le mur, à plus d’un mètre de haut et la matière se décomposait en glissant vers le sol. Il n’a certainement pas pu faire ça par inadvertance et jamais je n’avais encore vu ça !

  Je ne vous montrerai aucune photo car j’ai été victime de mon chargeur de piles qui a rendu l’âme (heureusement peut-être), je suis également tombé en panne de stylo et j’ai écrit trois pages au crayon de papier. Quand ça va mal, ça va mal ! Je n’en dirai pas plus mais il est certain que je n’irai plus à PRÉCIGNÉ si c’est organisé de la même façon. Il serait quand même fort simple pourtant d’empêcher l’entrée à la manifestation aux voitures et aux motos sans porte-bagages ni sacoches. La tranquillité n’a pas de prix.

  C’est certain, il y aurait moins d’agent en jeu, mais les side-caristes qui viennent se moquent du grand chapiteau, des cuisines et des repas. Ils viennent pour promener des écoliers ou des personnes âgées ou encore handicapées à bord de leurs side-cars, pas pour être pris en otage en organisant autre chose. De toute façon je vois mal l’avenir du rassemblement tel qu’il est organisé pour l’instant car les side-cars vont certainement devenir de moins en moins nombreux alors que ce sera fatalement l’inverse pour les petits motards locaux qui connaissent déjà le lieu et la date pour l’année prochaine. J’ai mal pour Joël qui se dévoue corps et âme pour organiser un truc gigantesque mais, pour moi, il rame à contre-sens !

  Lorsque j’ai dit au revoir à Joël, je lui ai dit que son rassemblement était devenu une entreprise. Il m’a répondu que j’avais trouvé le mot juste ! R.S.C.F : Rassemblement Side-Car Familial ! Cherchez l’erreur !

  Si tu étais à PRÉCIGNÉ et que tu souhaiterais donner ton avis ou bien me contredire, tu peux m’envoyer ta prose que je joindrai à mon texte.


245009
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Derniere semaine
Ce mois
Dernier mois
Total
46
100
1212
132913
3315
2808
245009
Votre IP: 172.18.0.1
2017-10-23 09:50