Moto et naturisme

Tout l'monde à poil !

… ou un Popaul à la recherche de l’éden…

  Je me doute bien que le titre de cet exposé vous aura peut-être fait cliquer dessus en premier car, qui que nous soyons, nous n'en restons pas moins humains. Cependant, je voudrais vous dire de ne pas vous méprendre car le Popaul en question dans le sous-titre, c’est bien moi, Paul MEIGNEN, et non pas l’un des 167 surnoms de la partie virile masculine dans un langage argotique (voir echolalie). D’ailleurs, pour éviter toute confusion, je parlerai dorénavant à la première personne du singulier et n’emploierai plus ce surnom.
  Ce texte était destiné, à l’origine, à être publié dans le bulletin de liaison d’un club de possesseurs de side-cars, mais la publication de mon compte-rendu de l’édition 2004 de ce même rassemblement dans ledit bulletin a fait l’objet de reproches de la part d’une copine, reproches qui ont été publiés sur le numéro suivant. Pour résumer, elle m’a dit que je confondais le bulletin du club avec “LUI” ou “PLAYBOY”.
  Il est bien évident que j’ai passé sous silence l’édition 2005, pour ne pas jouer les provocateurs, mais cette année je lutte contre la liberté d’expression et je m’y prends d’une façon différente. J’ai abandonné la solution papier et j’ai choisi de le proposer cette fois à des personnes, motardes ou pas, intéressées par le naturisme ou à des personnes qui le pratiquent déjà, qui pourront me lire sur le web, en sachant tout à fait ce qu’il pourrait contenir.
  Je suis également persuadé que certains naturistes chevronnés vont trouver incongru qu'un nouvel adepte écrive tout ça et qu'ils préfèrent se complaire finalement dans le genre de ghetto dans lequel je trouve que vit cette pratique. Mais celle-ci m'a tellement séduit et j'aime tant écrire que je tiens à la partager avec le plus grand nombre. De plus, si je pouvais rallier de nouveaux adeptes, j'en serai très heureux.
  Je serais également très fier d'avoir participé à la vulgarisation de cette doctrine, "vulgarisation" étant à prendre ici dans le sens d'information au plus grand nombre et non pas celui de rendre vulgaire. Comme chacun(e) avait certainement pris connaissance du sujet de mon exposé avant d’arriver ici, comme ceux qui sont arrivés ici par hasard et qui seraient choqués peuvent encore déconnecter immédiatement et ne pas lire ce qui suit, je n’accepterai aucune réclamation.
  J’ai toujours aimé écrire et ce, déjà à l’école. J’ai toujours été ravi de raconter les rassemblements de moto, puis de side-cars, auxquels je participais, d’abord dans le “M.D.L.M” (Monde De La Moto), puis dans “Side-cars on the road”, un petit bulletin écrit à la main par mon ami Jean-Jacques DURET, bulletin à distribution quasi confidentielle et ensuite dans deux autres bulletins, tout autant confidentiels, pour side-caristes, bulletins dont j’ai été le directeur de la publication au moment de leur création.
  Mais, au lieu de vous narrer les rassemblements naturistes proprement dits, je vais vous parler du naturisme en général, ainsi que de tout ce qui gravite autour, et mon propos risque d’être fort long… patience ! J’ajoute que ces propos sont ceux d’un quasi-néophyte en la matière, puisque je n’ai eu que trois expériences naturistes en trois ans. Mais j’ai fait pas mal de recherches sur Internet et j’espère que je ne raconterai pas trop de sottises.
  Tout a commencé, en ce qui me concerne, par la réception, le 9 Avril 2004, d’un e-mail de Patrick et Nanou GRAEFF, side-caristes et naturistes chevronnés depuis plus de 25 ans, qui invitaient la gent motarde à venir faire du naturisme, ou encore à le découvrir pour ceux qui ne l’auraient encore jamais pratiqué, ce qui était alors mon cas, lors d’un rassemblement de motards à poil(s), dans un centre de naturistes du “Club du Soleil de l’Essonne”, à une cinquantaine de bornes au sud de PARIS, plus précisément à D’HUISON-LONGUEVILLE, à environ cinq kilomètres, au sud-ouest de La FERTE-ALLAIS, le week-end de l’Ascension.
  Patrick, et Nanou, son épouse, sont les instigateurs de ce rassemblement naturiste portant le nom de MOTONAT. Ils sont membres du “Club du Soleil de VERSAILLES” depuis 1979 et Patrick en est même devenu le président. Jean-François et Colette, appelée familièrement “Coco”, un autre couple de motards naturistes, roulant en solo sur une HONDA 650 Deauville, aident Patrick et Nanou à l’organisation de ce rassemblement naturiste, et sont membres du “Club du Soleil de l’Essonne” qui nous a accueillis en 2004 et 2005. Ils en sont même les seuls motards.

{mospagebreak}


  MOTONAT avait été organisé les années précédentes par un couple de motards naturistes belges, Alain et Marie-Claire RENIER, mais d’importants ennuis de santé pour Marie-Claire, nécessitant même jusqu’à une hospitalisation, les ont empêchés de l’organiser en 2004 et ils ont confié le flambeau à Patrick et Nanou. J’ajoute que nos amis belges ont été side-caristes à un moment de leur vie, sur un MOTO-GUZZI 850 / PRECISION, mais Marie-Claire ne concevant la moto qu’au guidon, ils roulent désormais chacun sur une DUCATI 1000, enfin 990 et quelques pour être plus précis, une ST2 jaune de 83 cv pour Marie-Claire et une ST4S rouge de 117 cv pour Alain.
  En ce qui me concerne, n’ayant jamais eu l’occasion de fréquenter un endroit naturiste mais n’ayant crainte cependant de montrer mon corps nu, je me régalais à l’avance d’y participer. Les seules occasions que j’ai eues de me mettre nu, en présence de tierces personnes, ont été juste avant de faire de la moto, lorsque je prenais la douche avec les dix autres membres d’une équipe de football dont je gardais les buts, l’équipe de l’Union Sportive de PLESSE, en Loire-Atlantique (entre NANTES et RENNES), après les matches, quand j’étais jeune, juste avant la période où l’on serait plutôt pudibond, mais l'équipe n'était composée que de garçons. Ce fut aussi le cas à l’internat du lycée, à NANTES, toujours sans filles, ou encore lors de mon séjour au Japon où l’on m’a emmené, à plusieurs reprises, dans des spas publics dans lesquels tout le monde est à poil ensemble, mais hommes et femmes dans des salles séparées. Vu que j’ai vraiment apprécié ces endroits à chaque occasion, l’opportunité d’un tel rassemblement était donc rêvée pour moi et peut-être bien même un défi !
  Un autre problème est que les clubs naturistes sont plutôt réservés à des couples, avec ou sans enfants, et que la présence de célibataires n’est pas tellement souhaitable pour une bonne raison. En effet, plus il y a d’hommes seuls, moins il y a de femmes en proportion et moins il y a de femmes, moins les autres femmes veulent y venir ou bien y revenir, ce qui fait qu’il y a de plus en plus d’hommes en surnombre par rapport aux femmes ! Et quand il n’y a plus que des hommes, c’est la fin du club. Comme j’avais dit à Patrick que je voulais relater l’événement dans les pages de notre bulletin de liaison mensuel, il a accepté ma venue, seul, et je l’en remercie. De toute façon, Christiane, ma femme, ne pratique plus le side-car depuis l’accident que j’ai eu lors du “Tour de France side-car”, en 1987, il était donc hors de question qu’elle m’y accompagne. Cependant, après que je lui eusse parlé de l’invitation de Patrick, elle m’a encouragé à y aller. Je n’ai pas, non plus, osé passer une petite annonce dans notre bulletin mensuel afin de chercher une gente dame pour m’y accompagner, en tout bien, tout honneur, juste pour une question de quota, comme aurait dit un ami paysan ! J’aurais peut-être dû ! J’en profite donc ici pour dire que si une dame, voire DES dames (on peut rêver !) voulai(en)t, soit tenter l’expérience, soit avoir l'occasion de pratiquer à nouveau cette façon de vivre dans un autre lieu, et m’accompagner à un tel rassemblement, elle(s) peu(ven)t me contacter ! (Rédaction)
  J’avais également dit à Patrick que je me réservais le droit, et que c’était même un devoir je pense, de masquer les sexes sur les photos publiées. Il m’a répondu qu’il valait peut-être mieux masquer les têtes que les sexes. J’ai donc publié des photos de personnages de dos, ou encore avec le visage masqué, de telle sorte qu’ils ne puissent être reconnu(e)s, parce qu'il m'aurait élé long et fastidieux de demander l'autorisation à chacun.
  Les photos illustrent le texte d'une façon tout à fait aléatoire et n'ont pas de lien précis avec le texte à proximité. Sachez quand même que j'ai pris ces photos discrètement et qu'il aurait certainement été mal venu que je me balade l'appareil autour du cou à la façon d'un voyeur. J'ai volontairement limité le nombre de photos afin qu'elles ne deviennent pas, pour quelques obsédés, l'unique raison de visiter mon site.
Pardon de vous parler cru, mais une question importante, et qui me paraissait même primordiale, m’a interpellé avant de m’y rendre, c’est celle de l’érection involontaire et spontanée devant tant de femmes nues, car la bandaison, papa, ça n’se commande pas ! Les femmes sont beaucoup plus favorisées à ce propos car elles peuvent avoir tous les fantasmes qu’elles veulent, sans dévoiler leurs pensées. Les hommes n’ont pas cette chance ! La réponse m’est encore venue sur Internet où j’ai largement étudié la question avant de m’y rendre.

{mospagebreak}


  C’est le serveur de la Fédération Québecoise de Naturisme qui m’a donné la réponse : le titre est : Que faire si j’ai une érection ? La réponse n’est évidemment pas d’éviter de penser à Fernande, Félicie, à Léonore mais plus exactement à Lulu, et je vous la communique : “L’érection est probablement la plus grande crainte que les hommes éprouvent avant de venir dans nos lieux naturistes (hé, hé, j’suis pas tout seul, ça m’rassure !). Toutefois, à notre connaissance, aucun homme n’a eu d’érection à sa première visite. L’effet combiné d’un environnement non-sexuel et la légère inquiétude liée à une première visite, feront passer cette préoccupation au second plan. S’il y a érection, poser stratégiquement une serviette sur la partie fautive, plonger dans la piscine ou encore s’allonger par terre sur le ventre devrait remédier au problème”. Donc, si je vois des hommes, seuls, à plat ventre par terre, je saurai pourquoi ! Je vous montre un dessin ayant un rapport avec ce que je viens de vous dire, dessin que j’ai pris sur le Web et qui a été réalisé par Dany & Quinten, des artistes belges que je ne connais pas mais que je remercie. J’ai juste modifié le texte dans la bulle.

alt

 

   De toute façon, si vous y allez dans un état d’esprit tout à fait sain, l’esprit occupé en permanence avec autre chose que la nudité ou le sexe et si vous ne fantasmez pas abusivement en voyant une, ou des, femme(s) nue(s), vous ne devriez avoir aucun souci.
  Un autre problème qui retient certains hommes de pratiquer le naturisme est peut-être la taille de leur organe et je voudrais ici les rassurer. Bien sûr, ils verront quelques spécimens qu’ils envieront probablement, mais ils verront beaucoup plus d’organes comparables au leur, voire des plus discrets. Et ce n’est quand même pas, non plus, un comice agricole ! Il faut savoir tout simplement s’accepter soi-même ! Chacun s’imagine souvent être mieux équipé que son voisin, mais peu vont jusqu’à le prouver !

alt

  Je voudrais ici remercier Jean-François AUDET, le webmaster du serveur de la Fédération Québecoise de Naturisme, qui m’a autorisé à recopier ici quelques extraits du site dont il a la charge et dont je vous donne l’adresse : F.Q.N .

{mospagebreak}


  Contrairement à ce qu’une majorité pourrait penser, le naturisme n’a pas de rapport avec le sexe, alors que chacun montre le sien à la vue de tout le monde. Je dirai même que ce sont même des mots carrément antinomiques ! S’il y avait un rapport, je crois bien qu’il y aurait forcément beaucoup moins de dames en ces lieux !
  Le congrès international du naturisme, organisé à AGDE en 1974 par la F.F.N (Fédération Française de Naturisme) a défini le naturisme comme une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun, et qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de celui de l’environnement. La devise de la Fédération est : “Etre naturiste c’est la plus simple façon d’être humain”. D’ailleurs, quand Dieu a créé Adam et Eve, ou plutôt quand les hommes sont apparus sur terre, pour les non-croyants, ils étaient absolument nus et étaient heureux ainsi. Si, si, je vous le jure, on n’a retrouvé trace d’aucune plainte ! Ce sont d’abord les intempéries qui ont imposé le vêtement, puis la morale, la décence et les bonne mœurs, des choses donc qui ne sont pas naturelles mais que l’on a inventées, ont ensuite pris le relais, même quand il faisait beau !
  La nudité en commun représente une caractéristique essentielle du naturisme, mettant pleinement en valeur les effets bénéfiques du soleil, de l’air et de l’eau. Le naturisme rétablit l’équilibre entre les dimensions physiques et psychiques de l’humain, avec des loisirs dans un environnement naturel, par le biais de mouvements du corps et du respect pour les principes fondamentaux de l’hygiène et de la diététique.

alt

  Par ailleurs, il est reconnu que le naturisme stimule de nombreuses activités développant la créativité. Pour ma part, je rajouterai la locution latine : “Mens sana in corpore sano” que je vais traduire pour ceux qui n’ont pas eu la chance, comme moi, d’apprendre le latin : “un esprit sain, dans un corps sain”.
  La nudité intégrale représente certainement l’approche la plus appropriée pour réaliser un retour à la nature. Sans aucun doute, elle constitue l’aspect le plus visible du naturisme, bien qu’elle ne soit pas le seul. Cette nudité, complète, produit un effet égalisateur sur les gens, qu’elle libère des tensions intérieures suscitées par les tabous et les provocations de la société contemporaine, et montre la voie vers un mode de vie plus sain et plus humain.
  En effet, pour parler d’effet égalisateur, si les vêtements peuvent aider à différentier facilement un(e) chef d’entreprise d’un(e) “esdéeffe” dans la vie de tous les jours, vous ne pourrez le faire s’ils sont nu(e)s, car la nudité gomme les différences sociales. Riches ou pauvres, intellectuels ou manuels, citadins ou campagnards, tous se côtoient nu(e)s, dans le naturisme, sur un plan d’égalité. Chacun se montre tel qu’il est, sans le masque trompeur, et parfois hypocrite, du vêtement. D’autre part, que vous soyez maigrichon ou bedonnant, grand ou petit, jeune ou âgé(e), voire très jeune ou très âgé(e), chevelu ou chauve, poilu ou imberbe, valide ou handicapé, tous ces différents critères de la nature humaine sont oubliés par ceux qui vous regardent dès l’instant où vous êtes nu(e)s. Le nu est l’image même de la tolérance. Ce ne sont plus des voisins, des copains ou des amis que vous avez, ce sont des intimes ! Si vous n’avez jamais pratiqué le naturisme et si vous pensez que j’exagère, je vous invite à le pratiquer au moins une fois et nous en reparlerons. Vous serez étonné, j’en suis convaincu !
  D’après un serveur sur le Web, le naturisme moderne a débuté en France en 1778, mais il trouve ses réelles fondations au XX° siècle, plus précisément dans les années 20, sous l’impulsion de médecins hygiénistes, ainsi que d’adeptes à cet esprit précurseur d’un mode de vie plus sain, tels que Kiene De MONGEOT, libre-penseur et auteur, entre autres, de “L’abbé chez les nudistes” et de sa suite, “L’abbé chez les fous”, écrite en 1952, l’année de ma naissance. Ils avaient créé un terrain naturiste sur une île de la Seine. Les clubs se dénommaient, à cette époque, “La Gymnité” ou “L’élan Gymnique”. L’Allemagne est un peu plus précoce et le premier centre naturiste est créé par Paul Zimmerann à KLINGSBERG en 1903. Mais en 1933, Adolf HITLER considère le naturisme comme un danger menaçant la culture et la morales allemandes et il le fait interdire. Le pape Pie XI lui donne raison. Cette interdiction ne dure que 2 ans et les terrains sont rendus aux naturistes en échange d’une soumission totale au régime du führer (pour en savoir plus, voir le chapitre 1.4 de: Wikipedia ). En France, dans les années 40, sous l’impulsion d’Albert LECOQ, le nudisme, jusqu’alors élitiste, s’ouvre socialement et devient le naturisme. La nudité en est l’une des composantes essentielles.
  La nudité collective est, en elle-même, une éducation à un nouveau mode de comportement, aussi bien envers soi-même qu’envers ceux qui nous entourent. Le passage de la société standard et textile à la microsociété naturiste implique une rééducation qui s’effectue dans un laps de temps très court, vu le facteur déterminant de l’effet de groupe. Pour mon cas, il ne m’aura juste fallu que le temps de retirer mon slip ! La gymnité, le naturisme désormais, tel(le) que pratiqué(e) dorénavant dans les campings ou les centres, est apte à faciliter les contacts humains, en toute simplicité et tout à fait naturellement, ainsi qu’à susciter une convivialité plus sereine, plus amicale, voire plus altruiste.

{mospagebreak}


  Pas moins de 160 clubs et associations de naturistes existent en France et plus d’une centaine d’espaces naturistes de vacances font travailler 3.000 personnes en emplois directs et indirects. Un million et demi de gens pratiquent le naturisme en France, dont 52 % d’étrangers. Une enquête de l’IFOP a révélé, en 1993, que pas moins de onze millions de Français seraient prêts à tenter une expérience naturiste.

alt

  Le naturisme avait déjà commencé du temps d’Hippocrate, célèbre médecin dans l’antiquité grecque, et même père de la médecine (cf : le serment d’Hippocrate), qui a vécu de 460 à 356 avant Jésus Christ et qui l’avait, dirai-je, initialisé et recommandé tout autour du bassin méditerranéen. Sa devise était “primum non nocere !” que je vais traduire pour la même raison que cinq paragraphes plus haut: “avant tout, ne pas nuire !”.
  Le naturisme est avant tout une philosophie qui est loin de se résumer au simple fait de se dénuder, et ne doit pas être confondu avec le nudisme. Le nudisme, c’est ce que nous faisons chaque jour sous la douche ! Que ce soit dans sa salle de bains ou sur une plage déserte, à l’abri des regards, cela n’engage personne et ne remet rien en cause. Le naturisme, par contre, pousse la réflexion plus loin.
  La pratique du naturisme et l’anarchie ont bien des points communs et ont toujours fait bon ménage. C’est grâce à Cathy YTAK, anarchiste individualiste de dix ans ma cadette, qui participe avec Eric, son compagnon, à la gestion du site de L’Ephéméride Anarchiste, que j’ai pu apprendre pas mal de choses à propos de la nudité à travers les âges et à travers les pays. Cathy est écrivaine et traductrice du catalan. Elle a une vingtaine d’ouvrages à son actif. J’invite ceux qui voudraient en savoir plus à consulter leur site Ephéméride Anarchiste .
  Cathy nous parle d’Elisée RECLUS (1830-1905), géographe anarchiste, auteur de nombreux ouvrages sur le naturisme et l’anarchie, qui consacre quelques pages à la question des vêtements et de la nudité. Dans le livre qu’il écrivit en 1905, juste avant son décès, “L’homme et la terre“, qui s’étend sur 6 tomes et 4.000 pages, il nous parle des régions comme le Japon, où j’ai passé 2 semaines au cours de l’année 2000 et que je pense quand même connaître un peu, ou encore la Polynésie, dans lesquelles les hommes et les femmes ne se sentaient nullement obligés par les convenances de cacher leur nudité et qu’ils se baignaient nus, ensemble, à une époque récente. Il nous cite aussi Charles QUINT, né à GAND, en Belgique en l’an 1.500, et ses entrées dans la ville d’ANVERS toute proche, où les dames des plus nobles familles se disputaient l’honneur de paraître nues dans le cortège du maître. Ce sont les religions et la morale officielle qui n’approuvent pas ces écarts de la coutume et qui s’accommodent mieux des vêtements traditionnels qui, dans certains pays comme le Tyrol ou la Bretagne, recouvrent absolument tout le corps des femmes et en rendent les formes méconnaissables.

alt

{mospagebreak}

   Le vêtement rend désirables les parties du corps qui sont dissimulées au regard et qui peut-être ne le seraient pas si on les voyait. Le vêtement donne du prix à des choses qui n’en ont pas, il fait travailler l’imagination et exaspère les désirs. Le vêtement rend les femmes jolies encore plus jolies et permet aux laides d’apparaître un peu moins laides.
  La Fédération Québecoise de naturisme nous dit également que la vérité du naturisme est de redonner sa juste place au corps, de découvrir le plaisir de vivre en harmonie avec la nature, ce qui est loin des clichés et des fantasmes. Cette pratique, dont la nudité n’est qu’une des composantes, se fonde sur une philosophie de vie prônant la tolérance, le respect de soi, des autres et de l’environnement. La pratique de la nudité est ce qui distingue ses adeptes par rapport aux autres mouvements de plein air et de loisirs. La nudité naturiste est collective, saine et naturelle. Elle se pratique dans la nature, elle est source de plaisir et procure un réel sentiment de liberté.

alt

  Cathy nous parle également d’un autre anarchiste, Gérard de LACAZE-DUTHIER, qui a écrit en 1927 : ” …le nu fait partie des revendications révolutionnaires les plus pressantes. Prétendre avoir le droit de se mettre nu quand bon vous semble et où bon vous semble, c’est faire acte d’insoumission et de révolte, du moment que l’autorité s’oppose à ce droit. Celui qui préconise le nu se met en dehors, non seulement de tous les codes des sociétés dites civilisées, mais également des préjugés les plus sots et des coutumes les plus ridicules… “.

alt

  Le nu finira peut-être par vaincre l’hostilité des moralistes et l’hypocrisie des religions. Un jour viendra certainement où il sera pratiqué sans contraintes, dans une société meilleure. Il y a 50 ans, personne n’aurait pensé que pratiquement toutes les femmes dévoileraient un jour leurs poitrines sur les plages… et pourtant ! Je suis certain qu’un jour elles enlèveront le bas. Mais ce jour est encore lointain car il faut que la mentalité humaine se transforme du tout au tout pour que le nudisme devienne réalité.
  Cathy nous rapporte également, dans un texte qu’elle a écrit avec Dominique PETIT, que s’il était courant de montrer ses seins en public au XV° siècle, malheur à celle qui, dans le même temps, aurait osé dévoiler une parcelle de cheville.
  D’après le Guide Mondial Naturiste 96/97, la France vient en tête, devant les U.S.A, en ce qui concerne la quantité de surface totale des domaines naturistes de plus de 100 ha. sur son territoire. Elle possédait, à cette époque 5 centres répondant à ce critère de surface, contre quatre aux U.S.A et un seul en Grande-Bretagne, ainsi qu’en Hongrie, en Espagne et au Brésil.
  Ayant quelques problèmes de comportement depuis l’hémiplégie qui a suivi le coma après l’accident du “Tour de France side-car” en Septembre 1987, notamment des problèmes d’élocution verbale et d’évolution pédestre, en plus de l’absence du goût, de l’odorat et de la sensation de la température ambiante, qui ne se voient pas, je redoute souvent de me montrer à des inconnus et je pense que la nudité m’a aidé. J’ai également quelques soucis physiques, dont ma chevelure clairsemée, eh bien j’oublie tout ça une fois à poil !

alt

  Le 3° MOTONAT, édition 2006, a réuni 22 motards et 18 motardes venu(e)s sur 20 motos solo et deux side-cars, dans le premier club de loisirs Naturiste d’île de France. Ce club est avant toute fondée sur la famille, le sport, la détente et les loisirs dans le cadre de l'éthique naturiste.
    Situé à 45 kms au sud de Paris (en Essonne 91), à quelques centaines de mètres de la N20, en pleine nature, le camping "Les Hespérides" s'étend sur une superficie de 3,5 hectares. En regardant le plan d’accès, je m’étonnais que ce camping naturiste soit situé en pleine ville, cependant la voie d’accès n’est pas une rue mais un petit chemin très cahoteux. Le camping dispose d'une infrastructure avec piscine, sauna, wc et sanitaires avec douches chaudes, éviers pour la vaisselle et bacs pour le linge.
  Le terrain comprend 37 emplacements caravanes et 32 bungalows à l'année ainsi que 8 emplacements de passage pour tente et caravane. Tous les emplacements sont équipés de bornes électriques et des fontaines d'eau potable sont à proximité des emplacements. Dans un endroit calme et de détente vous pourrez profiter de nombreuses activités, la piscine, le sauna, l'aquagym, la pétanque, le volley-ball, le badminton, le ping-pong...
  Les lieux de vie sont situés sur 3 niveaux sur quelques centaines de mètres, avec une très grande salle tout là-haut, et il grimpe fortement pour aller de l’un à l’autre.
  Le club organise, dans la bonne humeur, des repas, barbecues ainsi que de fréquentes animations, soirées dansantes (où l’on s’habille), rencontres jeunes, sculpture sur béton cellulaire, loto, concours de pétanque, de tarots, de badminton, cours de danse, etc...
  J’aimerais bien que tous les motards, déjà naturistes ou ayant envie de le devenir ou bien encore qui ont envie d’essayer cette pratique au moins une fois et ne pas mourir bête, contactent la famille GRAEFF afin de recevoir une invitation à la prochaine édition de MOTONAT, celle de 2008, qui aura lieu, encore une fois, dans un autre centre naturiste francilien, au début du mois de Septembre. J'ai raté l'édition 2007 à cause d'une défaillance de mon side-car, mais j'espère bien participer cette année et je vous le raconterai dans ce chapitre pour ne pas en créer un nouveau.
  ... à bientôt j’espère… et à poil !

P.S: l’édition 2013 de MOTONAT aura lieu dans un centre naturiste francilien, plus précisément dans le Val de Marne (94), les 6 et 7 Juillet prochains. J’ai fait l’impasse sur la dernière édition mais je compte bien être présent cette année. Il me déplairait fortement d’y aller encore une fois seul, alors toi qui me lis, si tu es une dame que l’expérience tenterait, et si tu habites la Picardie ou l’Île de France, je te propose de t’y emmener sur mon trike, en tout bien, tout honneur, juste pour garantir la parité des deux sexes. Contacte-moi sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..


Paul MEIGNEN

 


245011
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Derniere semaine
Ce mois
Dernier mois
Total
48
100
1214
132913
3317
2808
245011
Votre IP: 172.18.0.1
2017-10-23 09:50