Sarthe-2011


Sous-titre: chez Mina…  

  Lors du week-end de la Pentecôte étaient organisées les “24 Heures du MANS” auto, mais mon week-end sarthois personnel de la Pentecôte a eu lieu tout près de là, sauf au MANS. Pour commencer, dans la région du Perche Sarthois, à l’est du département pour l’hébergement et dans le Maine Normand, au nord du département, pour rendre visite à deux familles amies.   

  Je vous ai présenté mon amie Evelyne dans mon dernier article intitulé “1ère grande sortie en T.G.V”. Nous avons décidé de passer nos prochaines vacances ensemble, nous devrions aller au rassemblement du club, à CHÂTEAUPONSAC, également ensemble, mais Evelyne aurait voulu que nous passions d’abord un week-end ensemble pour voir si une cohabitation était possible. C’est le long week-end de la Pentecôte qui sera le moment choisi pour l’expérience, dans un site qui se trouve environ à mi-chemin de nos lieux d’habitations respectifs, soit environ 300 kilomètres de chez chacun, au relais-motard dénommé “Chez Mina”, à La CHAPELLE-Saint-REMY, entre La FERTE-BERNARD et Le MANS.
     Samedi matin, lorsque je me lève à 5 heures comme je le fais chaque jour, il pleut ! Mais il en faut plus pour me décourager ! Après avoir été chercher le pain à pied, comme quotidiennement également, ce qui me fait faire 30 minutes de marche utile, après avoir pris ma douche tout aussi quotidienne, après avoir déjeuné, fini de remplir ma remorque et être allé faire le plein, c’est vers 8H30 que je m’élance vers la Sarthe, alors que la pluie a cessé.
  La circulation est assez fluide en ce premier jour du pont de 3 jours de la Pentecôte, du moins au départ, jusque PARIS. Je prends l’A86 qui me raccourcit par rapport à la Francilienne souvent encombrée et bouchonnée. Mais les derniers 20 kilomètres avant l’A10 se feront en deux heures, quasiment au pas, pare-choc contre pare-choc pour les autos et parfois même arrêté ! 
  MAPPY me donnait 3 heures de route et ça en fera donc finalement 5. Evelyne devra alors m’attendre un bon bout de temps à la gare puisque j’avais calculé pour y être en même temps qu’elle, un peu avant midi !
  Mon Spyder fonctionne à merveille, mais je ne me suis toujours pas habitué à la jauge d’essence dont les barres de l’affichage du niveau de carburant s’éteignent les unes après les autres bien trop rapidement ainsi qu’au voyant d’avertissement de réservoir vide qui s’allume bien trop tôt, à 200 kms environ. Dix bornes plus loin je fais le plein sans réussir à mettre plus de 18 litres dans le réservoir, sur les 25 qu’il contient. Vous voyez que la marge est conséquente !
   Vu le temps perdu dans les bouchons et dès que je peux le faire, je téléphone à Evelyne vers 12H30, puisqu’elle est théoriquement arrivée depuis ¾ d’heure à la gare, partie de REDON, avec changements de train à RENNES et au MANS. C’est à 13H30 que j’arrive à la gare de La FERTE-BERNARD, nous attachons la valise à roulettes d’Evelyne sur le porte-bagages que j’ai fabriqué et installé sur le capot de ma remorque. Nous prenons un soin particulier à attacher la poignée télescopique de la valise pour qu’elle ne se déplie pas dans les virages. Nous n’avons mangé ni l’un ni l’autre et vu l’heure, un Mac DO fera l’affaire !
   En chemin, lors d’un rond-point, l’automobiliste qui arrive sur la droite nous indique quelque chose d’anormal du côté de la remorque. Nous nous arrêtons donc pour nous rendre compte que toutes les sangles avec lesquelles j’avais attaché la valise, s’étaient défaites, que la valise était tombée sur la route et qu’elle suivait la remorque grâce à la sangle attachée à la poignée. L’habillage de toile est truffé de trous de différentes tailles, mais heureusement nous n’avons rien perdu. Nous la rattachons et poursuivons.
  C’est vers 15 heures que nous arrivons au gîte, sur la place de l’église de La CHAPELLE-Saint-REMY. Lorsque j’avais appris l’existence de ce relais-motard, tenu par Mina et Evelyne (une autre) depuis le 1er Avril 2005, j’avais toujours supposé que Mina était une femme. J’ai eu Mina par deux fois au téléphone et je me suis étonné par deux fois de sa voix masculine ! Mais après tout chacun ses mœurs…
   Donc, en arrivant je fais la bise à Evelyne (pas celle qui est venue avec moi, l’autre… faut suivre !), j’en serre 5 à Mina, tatoué de partout, du moins sur ce qu’il montre, et je me rends compte de ma méprise. Je connais pas mal de Mino, mais il est le premier Mina ! Vous pouvez apercevoir sa silhouette sur la photo ci-dessous, dans l'encadrement de la porte du bistrot, sur la gauche.

alt

   Nous pénétrons dans le café dont la façade est jonchée de pancartes indiquant qu’ici c’est un relais-motard (voir la photo). L’intérieur se compose de deux salles dont une plus particulièrement dédiée aux repas. Les murs sont largement couverts par une collection de tee-shirts branchés moto, de photos, d’affiches, de miniatures et d’autocollants de même acabit. C’est vraiment un troquet qui respire la bécane !
  Après avoir bu un coup offert par Mina, celui-ci va nous montrer notre chambre. Pour y aller, nous traversons un large couloir extérieur qui débouche sur la place, à droite du café (derrière Evelyne, à droite sur la photo), puis des allées entre des murs ou des bâtiments. Celui qui contient les chambres est organisé sur 3 étages et les chambres occupent des deux plus hauts. Quatre chambres à chaque étage sont contiguës le long d’un couloir avec des fenêtres ; au bout du couloir, il y a d’un côté un w.c et de l’autre une douche. Un escalier extérieur vous y fait parvenir. Derrière le bâtiment un large espace avec de l’herbe peut accueillir votre toile de tente gracieusement et servir de parking pour votre bécane. C’est là que Mina organise ses concentres. Un petit chemin y mène depuis une autre route. Entre les deux, Mina dispose d’une très grande salle pouvant accueillir plus d’une centaine de personnes, ainsi que son garage dans lequel est garée sa HONDA Goldwing. 
   Nous entrons dans la chambre que Mina nous avait réservée, celle contigüe aux w.c. Un lit, une armoire, un lavabo, un bidet, un bureau… quoi de plus pour être heureux.
   Sur le conseil de Mina, nous allons ensuite au plan d’eau de Tuffé, à moins de 5 kilomètres. Le plan d’eau est alimenté par un petit ruisseau dénommé La Charonne. Un autre ruisseau, la Jousse, longe le plan d’eau et se jette dans le premier ruisseau cité, juste après. Nous marcherons pendant 1,5 km environ en y faisant entièrement le tour.
    Retour au gîte et c’est l’heure de dîner. Notre table est prête dans la salle et nous commençons par l’entrée au choix en nous servant sur une desserte électrique qui les garde au frais. On se sert suivant sa faim ! Mina vient ensuite nous demander quel plat principal nous désirons. Pour ma part, je prendrai un steak avec des frites et Evelyne une tranche de jambon braisé avec des haricots verts.
  Lorsque Mina vient nous servir, je suis étonné de la taille de mon steak qui est plus long que mon assiette et qui fait environ 3 fois la taille de ceux que je mange habituellement ! Comme de plus je mange très très lentement, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.
  Pendant que nous dînions, Mina  répond sur son portable qui avait sonné. Je l’entends dire : “Il est là, je te le passe !”. Mon Dieu, je suis espionné ! Heureusement, c’est Floriane COSNUAU, qui habite à une cinquantaine de kilomètres plus au nord, qui appelle. Floriane et Rémy m’avaient envoyé un e-mail, comme à beaucoup d’autres certainement, au début du mois d’Avril, pour me parler des problèmes de santé de Floriane. Je leur avais dit que je viendrai passer un week-end au relais-motard sarthois et que j’irai voir Gérard LEMARCHAND à Saint-PAUL-le-GAULTIER, je vous expliquerai pourquoi plus loin ! Ce patelin est à 60 kilomètres, au nord-ouest, près d’Alençon. Comme ils habitent sur la route pour s’y rendre, ils m’ont demandé de passer les voir en y allant. Nous nous mettons d’accord pour demain matin.
  Mina nous dit ensuite que demain, il quittera son établissement après le petit-déjeuner, pour se rendre en voiture et caravane à La ROCHELLE pour la finale d’une compétition de fléchettes inter-bars organisée par France DARTS et qu’il ne pourra pas assurer les deux repas du Dimanche. De plus, nous devrons prendre également le petit-déjeuner du Lundi matin dans le bistrot à l’autre bout de la place, avec qui il s’arrange lors de ses absences. Bien patron !
  France DARTS est une association d'exploitants de jeux pour cafés qui souhaitent organiser dans leurs établissements des compétitions de fléchettes électroniques sur cibles américaines.  Les meilleurs se retrouveront pour les championnats de France qui se déroulent à La Rochelle du 13 au 19 Juin 2011.
  Dimanche matin, petit-déjeuner très copieux avec grand choix de liquide ou de solide. Une fois le ventre plein et après avoir réglé 80,00 € pour deux nuits à deux, deux repas et quatre petits-déjeuners, nous prenons la direction de chez Rémy et Floriane car j’ai horreur d’arriver chez les gens à l’heure du repas sans y avoir été préalablement invité.
 Petit problème dans la rue où ils habitent car la numérotation des maisons est quelque peu fantaisiste. De plus, ils habitent une petite voie sans issue qui débouche sur la rue principale et elle fait partie de la numérotation de la rue.
   Heureusement, Floriane a l’oreille affutée et elle nous a entendus et vus passer. M’étant arrêté vu la complexité de la numérotation, j’ai pu la voir faire de grands signes plus loin.
   C’est en passant par le garage que nous entrons chez eux. Le garage est d’une tenue exceptionnelle et renferme des trésors. Rémy et Floriane ne se sont jamais débarrassés des motos et side-cars qu’ils ont chevauchés jusqu’alors. Leur garage contient donc la B.M.W R27 (mono 250) de 1964 qui fut première moto de Floriane, puis ses suivantes, une HONDA 500 Four de 1972, qui fut attelée par la suite, une MOTO-GUZZI 850 T3 qui subira le même sort, et enfin une MOTO-GUZZI 1000 California 3 attelée à un Goliath.
   Quand à Rémy, sa TRIUMPH Bonneville 650 de 1970 est toujours en état de marche, plus de 40 ans après sa fabrication, et il possède aussi une MOTO-GUZZI 1100 Sport de 1995, une 125 M.Z et une HONDA-MARTIN 900 Bol d’Or.
   C’est autour d’un verre que nous discutons, puis Floriane et Rémy nous montrent leurs albums photo sur lesquels je suis. On me voit d’ailleurs sur mon attelage B.F.G / POIRAUD, en fourche et roues d’origine et avec la remorque, lors du rassemblement de Saint-ETIENNE-de-MONTLUC (44), organisé par notre ami Christian JEHANNO. Comme je n’ai pas de photos de ma B.F.G ainsi équipée, je leur demande s’ils peuvent m’envoyer une copie par mail.
   Floriane nous invite à partager leur repas du midi et nous acceptons avec grande joie. Nous discutons de choses et d’autres, notamment de la maladie dont Floriane est atteinte depuis le début de l’année (*).
   Puis, nous finissons par partir pour “La Grande Savane”, à une douzaine de kilomètres, endroit qui est un lieu de 32 ha consacré au tout-terrain, dont s’occupent Sabine et Gérard LEMARCHAND. Nous arrivons facilement sur le lieu des agapes grâce à un bon fléchage.
   Gérard m’avait conseillé de venir les voir le Lundi, jour où ils seraient moins pris par leurs stagiaires, mais c’est le jour où Evelyne va prendre le train pour rentrer chez elle et je ne voudrais pas partir trop tard afin d’éviter de me retrouver une nouvelle fois dans les bouchons sur la route.
   Je vais vous dévoiler ici la raison pour laquelle je tenais à voir Gérard : lors du rallye “Tour de France side-car 1987” auquel j’ai participé, Gérard nous suivait, Hervé RENARD et moi, le 13 Septembre, sur un autre attelage concurrent. Il a été le tout premier à s’occuper de moi après l’accident, à BULGNEVILLE (88). Par bonheur il a une formation médicale qu’il a utilisée lors de diverses manifestations mécaniques en France, ainsi qu’en Afrique où il a déjà vécu. Il m’a désobstrué les voies respiratoires et a pratiqué sur moi un massage cardiaque ! Sans son intervention, c’est très certainement de là-haut que j’écrirais ce texte et vous ne pourriez évidemment pas le lire ! Avouez que ce serait dommage ! Je lui voue une éternelle reconnaissance ! C’est lui qui m’avait reconnu en visitant mon site et qui s’était présenté !

alt

   Nous avons vu Sabine et Gérard, mais ils étaient bien occupés ! Après une brève visite de leur domaine, nous quittons les lieux en promettant de revenir en d’autres circonstances. Si vous voulez vous dépayser le temps d’un week-end, voilà un excellent moyen de le faire. Vous en saurez plus sur les activités proposées et les tarifs sur
leur site .
 
alt

    Nous retrournons au plan d'eau de Tuffé, puis nous cherchons un endroit pour nous restaurer, mais nos recherches resteront vaines dans un rayon de 10 kms. Evelyne voulait manger des crêpes mais la seule crêperie de la région est fermée ce soir. Retour au gîte et nous n’aurons donc finalement rien mangé de la soirée.
  J’ai lu, dans le compte-rendu de la réunion 2010 des Relais-Motards, que Mina avait mis son hôtel en vente pour cette année et ainsi prendre sa retraite. Espérons qu’il trouve un repreneur qui ait le même esprit !
   Après une bonne nuit salvatrice et après, comme prévu, un petit-déjeuner dans l’autre bistrot du patelin, nous plions bagages et je dépose Evelyne à la gare de La FERTE-BERNARD, avant de m’en retourner sur SOISSONS, sans bouchon et en trois heures comme l’avait dit MAPPY.
  Dorénavant, j’essaierai de fréquenter d’autres Relais-Motard et je vous raconterai ce que j’y aurai vu… à bientôt.
*: la maladie a eu raison de Floriane qui s'est éteinte le Samedi 10 Septembre 2011, à 12H30, à l'hôpital de CAEN. Toutes mes pensées vont à Rémy.

 

 

 

 

 

 

 

 



245022
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Derniere semaine
Ce mois
Dernier mois
Total
59
100
1225
132913
3328
2808
245022
Votre IP: 172.18.0.1
2017-10-23 09:53